Logo CeCaB

Château de Balleure - Étrigny (Saône-et-Loire)

Opération de relevés (19 – 22 mars 2018)

Vue générale du château de BalleureTout d'abord, il faut savoir que le château étudié est le berceau du célèbre historien bourguignon de la Renaissance, Pierre de Saint-Julien de Balleure, un ami, du non moins célèbre Pontus de Tyard de Bissy-sur-Fley. Ce Saint-Julien de Balleure serait né en 1519 au château de Balleure et il y a vécu. Il pourrait être, d'ailleurs, le commanditaire de travaux réalisés sur cet édifice castral, comme le montre certaines modénatures repérées au château, et qui pourraient être datées du milieu du XVIème siècle.

Cet historien écrivit en particulier une histoire des Bourguignons, publiée alors qu'il était doyen de Chalon-sur-Saône : « De l'origine des Bourgongnons, et antiquité des estats de Bourgongne », ouvrage imprimé en 1581 à Paris.

Du lundi 19 mars au jeudi 22 mars, une équipe du CeCaB composée des personnes ci-après : Roland BOURQUIN, Françoise et Patrice LHOMME, Yves NOUVELLET, Dominique SPAY, Jean VALLET, Pierre VELON et moi-même avons disséqué le château à la recherche des moindres indices nous permettant de l'étudier. Jean VALLET et Yves NOUVELLET ont affronté le froid glacial du début de semaine pour procéder aux relevés extérieurs du château à l'aide d'un tachéomètre laser, nous permettant d'obtenir l'enveloppe extérieure de l'édifice. Façade ouest du château de Balleure

Parallèlement, deux équipes, constituées respectivement de Françoise et Patrice LHOMME ainsi que Roland BOURQUIN, pour la première, et Dominique SPAY et Gilles AULOY pour la seconde, ont procédé aux relevés intérieurs de toutes les pièces composant le château, les mesurant sous tous leurs angles. Puis, nous avons effectué une lecture du bâti en notant les marques lapidaires repérées (croix, P, E (couché)...), les différentes modénatures conservées sur les portes et fenêtres, les types d'appareils, les roches utilisées dans la construction, etc.

Cour du château de BalleureDans le même temps, Pierre VELON nous apportait ses connaisances sur l'étude historique qu'il est en train de mener avec la propriéraire des lieux. Nous avons donc pu comparer toutes ces données et les premiers résultats tendent à montrer que le premier édifice castral aurait pu être érigé au XIVème siècle avec de profondes modifications au XVIème siècle, certainement commanditées par notre célèbre historien. D'autres percements de fenêtres et de portes seraient plus tardifs : XVII et XVIIIème siècles.

Tout ceci demande bien sûr, à être confirmé et l'étude se poursuit.

Gilles AULOY - Responsable de l'opération et président du CeCaB